A a

Quotidien et bien être

L’activité physique

Aucune pratique sportive n’est contre-indiquée dans la SEP. Au contraire, l’activité physique est recommandée dans la SEP, comme dans beaucoup de maladies chroniques.

Au-delà du bien-être physique ou « moteur » que procure le sport, il faut noter un impact positif majeur de celui-ci sur le plan psychologique. Ainsi, il permet d’améliorer la qualité de vie, le bien-être et l’endurance à l’effort. Elle n’entraîne pas de poussée ou d’aggravation de la maladie.

Tous les sports peuvent être pratiqués à condition qu’ils soient adaptés à vos capacités. La seule restriction est le fait d’un éventuel handicap qui pourrait être majoré si l’activité physique n’est pas tout à fait adaptée.

Ma SEP va-t-elle m’empêcher de pratiquer un sport ?
La réponse en vidéo du Dr Cécile Donzé, médecin de médecine physique et de réadaptation (Hôpital Saint-Philibert, Lomme)

 

L’activité physique – pas seulement le sport mais aussi tous les mouvements de la vie quotidienne – a un impact positif sur votre maladie. Elle va permettre de maintenir vos capacités musculaires et fonctionnelles, augmenter votre endurance, améliorer votre équilibre et participer à votre bien-être. Si la fatigue est souvent présente dans la SEP, une activité physique régulière va vous permettre de maintenir votre forme.

Pourquoi faut-il maintenir une activité physique régulière ?
La réponse en vidéo du Dr Cécile Donzé, médecin de médecine physique et de réadaptation (Hôpital Saint-Philibert, Lomme)

Interview du Dr Cécile Donze, médecin de médecine physique et de réadaptation (Hôpital Saint-Philibert, Lomme)

Le décret d’application prévoyant la prescription du « sport sur ordonnance » pour les patients en ALD est entré en vigueur le 1er mars dernier. Explications du Dr Cécile Donzé, médecin de médecine physique et de réadaptation.

Selon vous, qu’est-ce que cela va changer concrètement pour les patients atteints de SEP ?

Dr Cécile Donzé : Je pense que le fait que les médecins traitants puissent prescrire une activité physique adaptée (APA) à leurs patients en ALD va permettre d’orienter la discussion autour de l’activité physique et de ses bienfaits lors de la consultation et ainsi de sensibiliser les patients à ce sujet.
En revanche, cette loi n’apportera pas de grands changements pour les patients suivis dans les centres experts ou les réseaux de santé qui font déjà la promotion de l’APA depuis une dizaine d’années maintenant.

Quelle est la différence entre l’activité physique adaptée et les actes de rééducation ?

Dr Cécile Donzé : Les actes de rééducation sont des actes thérapeutiques exclusivement pratiqués par des professionnels de santé (kinésithérapeutes, ergothérapeutes…) et qui font suite à une évaluation précise par les professionnels de santé des déficiences, incapacités et handicaps du patient. Contrairement aux actes de rééducation, l’APA n’est pas remboursée par la sécurité sociale et n’est pas exclusivement délivrée par des professionnels de santé. Elle peut ainsi être réalisée par tout un ensemble d’acteurs du sport titulaires d’un diplôme dédié.

Le fait de parler d’activité physique adaptée signifie-t-il que tous les sports ne sont pas adaptés pour les patients en ALD et notamment souffrants de sclérose en plaques ?

Dr Cécile Donzé : Non, l’activité physique adaptée fait appel à une définition précise. Elle représente la science de l’évaluation de la capacité physique et de l’intervention par l’activité physique auprès des personnes ayant des incapacités (handicap), avec un objectif de prévention, de réadaptation, d’intégration et de réinsertion des personnes. Originaire du Canada, l’APA est apparue en France il y a une vingtaine d’années. Elle vise à utiliser les effets positifs des activités physiques et sportives sur la santé en adaptant les modalités de pratique, le contexte, les règles…

Dans la SEP, tous les sports sont possibles sous réserve d’une adaptation au handicap et du souhait du patient. C’est l’activité qui doit s’adapter au patient, et non l’inverse…

 

Lorsque vous pratiquez une activité physique, il est important de garder un bon apport énergétique pour ne pas être fatigué et pour bien récupérer, et de bien vous hydrater. N’attendez pas de ressentir la faim ou la soif !

Dois-je adapter mon alimentation si je fais du sport ?
La réponse en vidéo du Dr Cécile Donzé, médecin de médecine physique et de réadaptation (Hôpital Saint-Philibert, Lomme)