La SEP est une maladie psychosomatique

FAUX

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire du système nerveux central responsable de symptômes évoluant par poussée (forme rémittente) ou parfois d’un seul tenant (forme progressive). Des anomalies neurologiques objectives, retrouvées à la ponction lombaire et à l’IRM, permettent d’en faire le diagnostic et d’exclure toute composante psychosomatique. Si les poussées peuvent survenir en dehors de tout facteur déclenchant, le stress ou une forte émotion constituent un facteur de risque de déclenchement d’une poussée – comme dans d’autres maladies auto-immunes – mais n’est pas forcément la cause de la poussée. On ne parle en aucun cas de maladie psychosomatique.

Mise en ligne le 16/12/2016

Il faut supprimer le sel de son alimentation

La réponse en vidéo par le Pr Pierre Labauge (CHU de Montpellier)

Des résultats expérimentaux récents ont montré une action potentiellement toxique du sel sur les gaines de myéline.

Si le rôle d’un excès de sel chez les patients atteints de SEP n’est pas encore prouvé, il leur est néanmoins conseillé de suivre de bonnes règles hygiéno-diététiques et de limiter leur apport en sel.

Mise en ligne le 25/02/2016

La vitamine D a une action bénéfique sur la SEP

La réponse en vidéo par le Pr Pierre Labauge (CHU de Montpellier)

La vitamine D possède une action anti-inflammatoire, notamment dans certaines maladies rhumatologiques. C’est la raison pour laquelle la question se pose dans la SEP.

On sait aussi que la population est globalement sous-dosée en vitamine D.

Les résultats des études sur les relations entre taux de vitamine D et SEP sont pour l’instant contradictoires.

Cependant, en pratique, on conseille de la doser et, si elle est abaissée, de prescrire une supplémentation en vitamine D par voie orale.

Mise en ligne le 19/02/2016

L'espérance de vie est diminuée dans la SEP

La réponse en vidéo par le Pr Jérôme de Sèze
(neurologue, CHRU de Strasbourg)

Dans la SEP, l’espérance de vie n’est pas diminuée de façon significative, c’est plutôt la qualité de vie qui est altérée.

Il semblerait également que traiter précocement augmente l’espérance de vie.

Par ailleurs, les cancers sont moins souvent associés à la SEP, même chez les personnes traitées (alors que certaines pathologies sont plus fréquentes comme la migraine).

Mise en ligne le 20/11/2015

L’anesthésie est contre-indiquée en cas de SEP

FAUX

Les anesthésies locale, locorégionale ou générale ne sont pas contre-indiquées en cas de SEP et n’aggravent pas l’évolution de la maladie.

Il est toutefois conseillé d’informer votre médecin des traitements que vous prenez.

Mise en ligne le 15/10/2015

On connaît la cause de la SEP

FAUX

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire du système nerveux central liée à un dérèglement du système immunitaire (système de défense de l’organisme).

Des facteurs de prédisposition génétique sont suspectés.
L’addition à cette prédisposition génétique de certains facteurs (infection virale ou certains facteurs d’environnement : pollution, climat, alimentation) pourrait déclencher la maladie.

A noter :
• La SEP n’est pas une maladie « génétique » au sens classique du terme, car un seul gène n’est pas responsable de son apparition.
• Seuls 5 à 15 %* des malades sont porteurs d’antécédents familiaux de sclérose en plaques.

* Pelletier J et al. Sclérose en plaques medidacte.timone.univ-mrs.fr.
Faculté de Médecine de Marseille.125, Mars 2010 (mise à jour 2010-2011).
Pierrot-Deseilligny C et Lubetzki C. Neuro-pathologie. Chap 4. Sclérose en plaques et principaux diagnostics différentiels.
www.chups.jussieu.fr/polys/neuro/pathoneuro/POLY.Chp.4.html

Mise en ligne le 24/09/2015

La SEP peut entraîner de la fatigue

VRAI

La fatigue est un symptôme très fréquent chez les patients atteints de sclérose en plaques.
Trois-quarts des patients s’en plaignent*.

On décrit un « syndrome de fatigue chronique » lié à la maladie elle-même.
Cette fatigue chronique est très invalidante, à l’origine d’une restriction des activités quotidiennes et d’un retentissement sur le plan familial, mais également sur le plan des loisirs et du travail.

Il s’agit d’une fatigue permanente et indépendante de l’effort physique.

A côté de cela, la fatigue peut être le fait de multiples autres causes :
• fatigue musculaire liée à l’effort physique (fatigabilité) ;
• fatigue liée à l’anxiété et au stress généré par la maladie ;
• fatigue liée aux effets secondaires des médicaments, aux troubles du sommeil…

Ces multiples causes peuvent être intriquées.

Pour mieux comprendre les liens entre SEP et fatigue et pour savoir comment s’en préserver, rendez-vous dès aujourd’hui sur la page de notre e-learning SEP et fatigue.

*Lerdal A et al. A prospective study of patterns of fatigue in multiple sclerosis, Eur J Neurol 2007 ; 14 : 1338-43.

Mise en ligne le 10/09/2015

La SEP est contagieuse...

FAUX

Les maladies infectieuses sont le fait d’un agent infectieux et elles peuvent être transmises par l’entourage, ce qui n’est pas le cas de la sclérose en plaques.

En effet, la maladie ne peut pas être transmise d’une personne à l’autre.
La SEP n’est donc pas une maladie contagieuse.

Mise en ligne le 13/08/2015

La chaleur aggrave la SEP...

VRAI

La chaleur peut accentuer transitoirement certains symptômes de la maladie en diminuant le temps de conduction de l’influx nerveux.

En dehors des symptômes neurologiques, la chaleur peut aggraver les douleurs et la spasticité (raideur dans les membres).

Ces symptômes sont régressifs, une fois la température redevenue normale.

En cas d’aggravation des symptômes liée à la chaleur, pensez à prendre des bains froids, à appliquer sur le corps des linges mouillés et à éviter de vous exposer à la chaleur.

Pour en apprendre plus sur le phénomène d’Uhthoff, rendez-vous sur la page Mieux Comprendre, Ma SEP.

Mise en ligne le 02/07/2015

Le stress provoque des poussées...

Plutôt FAUX

Il s’agit d’un sujet qui reste très débattu.

Le stress est une dimension difficile à analyser et à mesurer et, de ce fait, il n’est pas possible d’affirmer, dans les études, une relation certaine entre stress et poussée.

Le stress lié au surmenage quotidien n’a probablement pas d’influence. Par contre, l’influence d’un gros stress (deuil, stress post-traumatique) reste débattue. Comme toute maladie auto-immune, ce type de stress peut classiquement déclencher une inflammation. A contrario, le stress déclenche également une sécrétion d’adrénaline et de corticoïdes endogènes qui ont un rôle plutôt anti-inflammatoire.

Mise en ligne le 08/01/2015

Je ne peux pas m'exposer au soleil...

FAUX

De nombreux travaux sont actuellement en cours concernant une relation entre un faible taux de vitamine D et la SEP.

La vitamine D est synthétisée grâce à l’exposition solaire. Autrement dit, l’exposition au soleil serait plutôt bénéfique. Il n’y a donc aucune restriction.

Par contre, la chaleur engendrée par l’exposition solaire peut accentuer transitoirement certains symptômes de la maladie (car la chaleur diminue le temps de conduction de l’influx nerveux). Si c’est le cas, penser à utiliser des boissons fraîches, à appliquer sur le corps des linges mouillés et à ne pas trop vous exposer à la chaleur.

Pour tout savoir sur les précautions à prendre lors de vos voyages, au soleil ou ailleurs, n’hésitez pas à visiter la page Mon quotidien, Mes voyages.

Mise en ligne le 23/12/2014

Les infections provoquent des poussées...

Plutôt VRAI
Comme dans beaucoup de maladies auto-immunes, on retrouve souvent à l’origine d’une poussée un facteur déclenchant. L’infection en est un.

Concernant l’exemple de la grippe, il a été démontré que le déclenchement d’une poussée était plus fréquent en cas d’infection que chez des patients non infectés.

Ceci dit, il faut avoir à l’esprit que toute infection n’est pas obligatoirement à l’origine d’une poussée.

Pour en apprendre plus sur les poussées, la page Mieux Comprendre, Ma SEP répondra à toutes vos questions !

Mise en ligne le 04/12/2014

J'ai une SEP, je ne peux pas faire de sport...

FAUX
L’activité physique est au contraire recommandée dans la SEP, comme dans beaucoup de maladies chroniques.

Au-delà du bien-être physique ou « moteur » que procure le sport, il faut noter un impact positif majeur de celui-ci sur le plan psychologique. Tous les sports peuvent être pratiqués.

La seule restriction est le fait d’un éventuel handicap qui pourrait être majoré si l’activité physique n’est pas tout à fait adaptée.

Pour savoir comment combiner SEP et sport, la page Mon quotidien, Ma forme, mes activités physiques est là pour vous !

Mise en ligne le 26/11/2014

Toutes les SEP sont identiques...

FAUX
Les signes de la maladie, l’évolution et les manifestations de la SEP sont différents d’une personne à l’autre.

On distingue :
• Les formes rémittentes sont de loin les plus fréquentes.
Il s’agit d’une évolution par poussées successives de la maladie qui peuvent être plus ou moins espacées.
Les poussées peuvent être totalement résolutives ou parfois laisser une discrète séquelle.

• Les formes progressives, moins fréquentes, qui se caractérisent par une évolution progressive, dans le temps, de symptômes neurologiques.
Certains patients développent d’emblée une forme progressive. D’autres patients voient apparaître une forme progressive après des années d’évolution par poussées.

Mise en ligne le 06/11/2014

La pollution peut augmenter le risque de SEP …

PEUT-ETRE
Les facteurs qui prédisposent au risque de SEP sont probablement multiples et complexes. Le rôle de l’industrialisation a été évoqué, et certains polluants ou produits chimiques ont été incriminés.

Mise en ligne le 26/12/2013

La SEP peut favoriser les infections…

FAUX
Les mécanismes physiopathologiques impliqués dans la sclérose en plaques n’altèrent pas les mécanismes de défense contre les agents infectieux.

En revanche, certains traitements qui suppriment la réaction auto-immune peuvent augmenter le risque d’infection.

Mise en ligne le 03/10/2013

Certains vaccins sont responsables de l’apparition d’une SEP…

Les vaccins, notamment le vaccin contre l’hépatite B, ont été source de polémiques, surtout après la grande campagne de vaccination du milieu des années 1990.

Finalement, de grandes études épidémiologiques ont été conduites en ce sens et un lien causal n’a pu être démontré entre ce vaccin et la survenue d’une SEP.

Les rôles d’autres vaccins dans la survenue d’une SEP ont été étudiés avec les mêmes conclusions.

Source : ameli-sante.fr

Mise en ligne le 04/07/2016

La SEP est héréditaire…

NON
On a identifié dans la sclérose en plaques certains gènes qui pourraient représenter un facteur prédisposant à la maladie. Pour autant la présence de ces gènes ne suffit pas pour développer la maladie. L’origine de la maladie est multifactorielle et résulte toujours de l’interaction entre gènes et environnement.
La SEP n’est donc pas une maladie héréditaire.

EN SAVOIR PLUS
http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/sclerose-en-plaques-sep

Mise à jour le 06/09/2016

Fumer n’est pas bon pour ma SEP …

OUI
D’après des études épidémiologiques, fumer augmenterait le risque d’avoir une SEP de 1,2 à 1,5 fois*. On ne sait pas encore bien pourquoi.

L’arrêt du tabac est vivement conseillé.

Pour découvrir tous nos autres conseils, nous vous invitons à consulter notre e-learning Adhésion au traitement.

*Voir la brochure : Tabac et Sclérose en plaques.
Le courrier de la SEP n°129, novembre 2011. Par la Ligue française contre la sclérose en plaques.

>Mise à jour le 02/06/2016

J'ai une SEP, je ne peux pas avoir d'enfant...

La réponse en vidéo du Pr Sandra VUKUSIC, neurologue
(Hôpital neurologique P. Wertheimer, Lyon)

La SEP n’est pas une contre-indication à la grossesse. Mais il est préférable de la programmer, pour choisir si possible un moment où votre maladie est peu active et anticiper l’arrêt de certains de vos traitements qui pourraient être néfastes.

N’oubliez pas de consulter également notre catégorie Mon quotidien et particulièrement la page Mon quotidien, Ma sexualité, ma fertilité.

Mise en ligne le 29/05/2013